Menu

Bricaire de la dixmerie : Le Sauvage de Taïti aux Français (1770) – Présentation

20

Bricaire de la dixmerie : Le Sauvage de Taïti aux Français (1770)

Nicolas Bricaire de La Dixmerie (1731-1791), d’origine champenoise, vint de bonne heure à Paris, et, comme son compatriote La Fontaine, dédaignant de faire sa cour aux grands, « Trouva doux de borner ses vœux A n’être rien pour être heureux».

Il écrivit des épîtres en vers, des contes philosophiques qui semblent avoir été prisés du public (Contes phiiosophiques et moraux, 1765) à une heure où Marmontei triomphait dans ce genre, enfin des ouvrages de critique littéraire {Éloge de Montaigne, 1781; Éloge de Voltaire, 1779).

Le Sauvage de Taïti parut sans nom d’auteur; Antoine Barbier l’attribue à La Dixmerie, mais il est étonnant que Cubières Palmezeaux ne fasse pas la moindre allusion à cet ouvrage dans l’Éloge qu’il prononça le 22 janvier 1792 à la séance publique de la Société Nationale des Neuf Sœurs (6).

Ce Sauvage de Tahiti n’est autre qu’Aotourou que Bougainville avait ramené avec lui à Paris. L’ouvrage se présente sous la forme d’une longue lettre qui se propose de brosser un tableau enchanteur de l’île heureuse décrite par les voyageurs et idéalisée par les philosophes, avant de faire la critique des mœurs de la capitale.

Dès l’introduction, l’auteur assure que les Sauvages «ont pris le chemin le plus court pour arriver au bonheur ». Il est vrai que le pays s’y prêtait étrangement : « On n’y éprouve point de ces chaleurs excessives qui rendent une partie de cette contrée inhabitable. C’est un ciel pur sans être brûlant. La Terre y produit dans chaque saison, et n’exige aucun soin pour produire; elle épargne même à ses habitants celui de travailler ses productions. Ils ont un fruit qui leur tient lieu de pain… » Suit un hymne à Eros, dont le thème venait d’être donné par Bougainville, l’année précédente :

« L’Amour est leur seul besoin et le plus fréquent, et ne leur coûte pas plus à satisfaire que d’autre. Nulle entrave ne gêne son essor. On dirait que cette Isle est uniquement consacrée à son culte. Ses plaisirs ne se cachent point dans l’ombre du mystère. On procède en public à celui que l’usage rend secret chez tant d’autres nations… Cet acte est chez les Taïtiens un acte de Religion.»

Bricaire renchérit encore sur les relations des explorateurs. Ceux-ci n’avaient point passé sous silence les guerres perpétuelles ni les sacrifices humains. Notre philosophe au contraire d’assurer que « …l’égalité règne parmi ces peuples. Jamais la discorde n’y souffle son poison. Ils ont en horreur l’effusion du sang humain. Ils ignorent jusqu’à l’usage des armes. La guerre et le meurtre leur sont absolument inconnus. »

On voit ici comment se développe la légende et comment les écrivains déforment la réalité pour justifier leurs systèmes.

S’amorce alors une longue comparaison entre la vie idyllique que mènent les Tahitiens dans leur île et l’existence malheureuse des Parisiens; excellente occasion de faire la satire de nos mœurs. L’exorde est ainsi rédigé :

« Je te quitte, ô Peuple affable et dédaigneux, que tout amuse et que rien n’occupe, à qui tout échappe, excepté le ridicule et qui ridiculise tout ce qu’il craint d’estimer. »

Nous avons, nous autres, Tahitiens, tout ce qu’il faut pour être heureux, ajoute-t-il : «Vous trouvez nos plaisirs bien uniformes : dites plutôt qu’ils sont souvent répétés. Chaque jour est pour nous un jour de fête et le Dieu qu’on y célèbre, c’est l’amour. A peine avez-vous le loisir de le connaître. L’ambition, l’intrigue, le faste, la dissipation, voilà les Dieux à qui vous sacrifiez. J’ai vu de près ce que vous nommez vos plaisirs. J’en ai essayé quelques-uns; je les ai comparés aux nôtres et j’ai dit : ce peuple est né pour l’illusion; il prend l’ombre pour la chose. »

Le moment est venu de placer la satire, traditionnelle dans notre littérature, de la mode, de la guerre, des lois, des cabales littéraires, de l’étiquette, et, ce qui est plus grave, de l’ordre social.

Et notre homme, pour conclure, formule ainsi ses adieux :

«Nous sommes loin de vous envier, vous et vos médisances et vos cabales, vos palais, vos temples… Je vous quitte, je vais retrouver ma patrie que je n’eusse jamais dû quitter. »

Cet Aotourou de fantaisie semble bien avoir lu Les Caractères et les Lettres Persanes. Il s’est penché aussi sur les ouvrages de Rousseau et se propose de les réfuter dans son Envoi au philosophe ami des sauvages, qui couronne la lettre.

Notre Tahitien authentique, partisan de l’état de nature, n’est point pour autant naturiste, et il part en guerre dans cet Envoi contre les philosophes dont la forêt de Montmorency compose tout l’horizon.

Ce petit discours fort bien composé reprend tout d’abord le leit-motiv habituel : «La nature est notre guide; elle nous fit naître doux, humains, amis de l’espèce humaine. Avec de telles dispositions, on peut se passer de Loix, on peut mettre à l’écart les ressorts de la Politique… Les Nations de l’Isle ne connurent jamais la discorde, ni la fraude, ni l’envie de se brouiller, ni même les moyens de se nuire.»

Mais voici que se précise une réfutation du système de Rousseau : «Je ne suis qu’un Sauvage, mais il me paraît plus juste et plus vrai de dire que l’homme ne naît pas également bon, bon également dans toutes les parties de la terre… »

Et au faux ami qui affirme que l’état de société change et altère nos inclinaisons naturelles, il rétorque : « Vous dites que tout ce qui n’est point dans la nature a des inconvénients, et la Société plus que tout le reste. Nous vivons en Société, et l’instinct seul de la nature nous y fait vivre en paix.»

Les idées contenues dans ce petit volume seront reprises quelque dix ans plus tard par un autre gentilhomme libéral, dont le nom même est aujourd’hui parfaitement oublié.

Jean Gautier

POUR LIRE LE LIVRE

Présentation de l’œuvre extraite de :

‌Tahiti dans la littérature française à la fin du XVIIIe siècle. Quelques ouvrages oubliés
Les origines d’une légende
Par Jean Gautier
Journal de la Société des Océanistes Année 1947 3 pp. 43-56

Lire l’article

Categories:   1770 - 1779, Bibliothèque Nationale de France - Gallica, Français, Livres, périodiques & bulletins, Nuit de la lecture 2018, Tahiti

Comments

Laisser un commentaire