Menu

O-Taïti : histoire et enquête (1843)

bpt6k58045353 260
Titre : O-Taïti : histoire et enquête
Auteur : Henri Lutteroth
Éditeur : Chez Paulin – Libraire et Chez L.R. Delay – Paris
Date d’édition : 1843
Sujet :
TEMPS ANTÉRIEURS AU CHRISTIANISME. LES INSULAIRES.
I. Découverte de l’Océan Pacifique, l.—Magellan lui donne son nom, 3.—Premiers voyages à O-Taïti, 5. — Noms des points cardinaux, 4.—Manière de compter, S. —Évaluation des distances, 6.
II. Moeurs des O-Taïliens, 7.—Infériorité des femmes, 7.— Le Tatouage,8.
III. Les Arreoys, 9.—Traditions relatives à leur origine, 10.—L’infanticide, règle fondamentale de leur ordre, 12.—Ils deviennent comédiens ambulants, 12.—Leurs jeux publics 13.—Exactions qu’ils exercent, 14.— Distinctions de rangs parmi eux, 18.—Initiation, 10. —Cérémonies funèbres, 17.—Paradis o-taïtien, 17.
IV. L’infanticide. Témoignage de Cook et des missionnaires, 19.—Nombre des enfants tués par plusieurs femmes, 21.—Manière de s’en défaire, 22. —Circonstance qui peut sauver l’enfant, 23.—Anoblissement, par l’infanticide, 24.—Ses causes, 24.
V. Usages de la guerre, 26.— Oro, dieu des batailles ; sacrifices humains qu’on lui offre, 26.— Le véa du roi, 27. —Cérémonies qui précèdent les combats, 27.—Bataille de Hooroto, 29.—Tactique militaire, 29. — Les rautis ou orateurs, 50. —Sort du premier prisonnier, 31.— Les frondeurs, 32.— Déroute, 33.
VI. Coutumes diverses. Hommes sauvages, 34.— Les cadavres des vaincus, 34.—Préliminaires et cérémonies de la paix, 3S.—L’upa pia, 35. — Hospitalité, 36.— Qualités morales et physiques, 36.
CONVERSION AU CHRISTIANISME. POMARE II ET LES MISSIONNAIRES.
I. Arrivée du Duff(1797), 38. —But de sou voyage, 39. — Débarquement des missionnaires, 59. —Otou, roi d’O-Taïti, 40. —Assemblée politique et négociations, 42.—Départ du Duff, 42.
II. Premiers travaux des missionnaires, 43.—Ils s’opposent aux sacrifices humains et à l’infanticide, 44.—Périls des missionnaires (l 798), 44. — Plusieurs abandonnent l’île, 48.—Discordeet réconciliation dans la famille royale, 46.—Le vieux Pomare envoie l’offrande d’un poisson pour Jésus-Christ, 46.—Prise du Duff par un corsaire français, 47.—Arrivée de nouveaux missionnaires (1801), 47. —Voyage de MM. Nott et Elder dans l’intérieur de l’île, 47.— Dispute pour la statue d’Oro, 48. —Guerre civile, 49.—Mort de Pomare 1er (1803), 80.—Bizarre origine de son nom, 51.
III. Règne de Pomare II, 51.—Voyage des missionnaires à Eiméo, 51.— Indifférence des insulaires, 51 —Nouvelle querelle pour la statue d’Oro, 52.— Adoption de l’alphabet o-taïlien, 53.—Pomare II apprend à lire et à écrire, 53.—première école, 54.—Livre de lecture imprimé en Angleterre, 54. —Mort de la reine, 54.— Guerre civile, 55.— Expulsion de Pomare (1808), 55.— Il se réfugiée Eiméo; M. Nott suit le roi; fuite des autres missionnaires, 56.
IV. Effets de l’exil sur le roi, 58. —Retour de deux missionnaires à Eiméo, 60.—Mépris de Pomare pour l’idolâtrie, 60.—Il demande le baptême (1812); les missionnaires le lui refusent, 61.—Attachement des chefs pour le dieu Oro, 62. — Retour du roi à O-Taïti, 62.
V. Retour des missionnaires, 63.— Effets produits en leur absence par l’Évangile, 64.—On prie à O-Taïti, 68.—Oïto etTuahine, 66.—Les premiers chrétiens se réfugient à Eiméo, 66. —Ouverture d’une chapelle dans cette Ile (1813), 67.—Le chef Taoroari s’oppose aux Arreoys, 67.—Le prêtre Pati brille ses dieux, 68.—.Attitude du peuple et des chefs, 69.—Progrès de l’Evangile dans les îles voisines, 70.— Raïatea, 70.
VI. Le culte à Eiméo, 72.—Persécutions dans cette île, 72.—Projet de massacrer tous les chrétiens d’O-Taïti; leur fuite à Eiméo, 73.— Guerre des païens entre eux, 74.— Les chefs païens rappellent les chrétiens (1815), 74.—Nouveau projet de massacre, 78.—Bataille de Nari, 78.—Victoire et modération de Pomare, 76.—Le grand-prêtre d’Oro se convertit, 77.— Pomare renverse les temples des dieux, 78.—Changement dans les croyances et les mœurs, 78.
VII. Effets de l’Évangile, 79.—Restitutions, 79. — Suppression des Arreoys (1816), 80. —Insulaires favorables à la civilisation, mais non au christianisme, 80.—Complot à propos d’un crayon, 81.—M. Ellis, 81.— Le premier cheval, 82.
VIII. Introduction de l’imprimerie (1817), 82.—Impression d’un alphabet et de l’Evangile, 84.— Par qui il avait été traduit, 84.—Imprimeurs et relieurs indigènes, 88.—Progrès de l’instruction, 8S.—Épuration de la langue, 86.— Influence sociale de l’Évangile, 86.
IX. Industrie, 87.— Premier vaisseau o-taïtien, 87.—Destruction des anciennes distilleries et prohibition de l’ava, 88.—Culture de la canne à sucre, 89.
X. Extension du christianisme au dehors, 90.— Conférence à Eiméo, 91.—Discours de Pomare, 92.—Vaste temple construit à O-Taïti (1819), 93.— Baptême du roi, 94.
XI. Lois, 98.— Paraprouras, ou entretiens sur la civilisation chrétienne, 96.—Quelle part les missionnaires ont prise aux questions de gouvernement, 96.—Adoption d’un code parles chefs et le peuple, 97.— Procès singulier, 99.—Pacification de l’île de la Chaîne et des îles Pomotou par Pomare, 100.—Loi de voirie, 101.
XII. Maladie de Pomare II, 102.—Nomination d’un conseil de régence, 102.—Prières pour le rétablissement du roi, 103.—Ses dernières paroles, 103.—Sa mort (1821), 104.—Coup d’œil sur son règne, 104. —Son tombeau, 108.—Mort de Pomare III, son fils (1827), 106.— Règne d’Aïmata (Pomare-Wahine), sa fille, 106.
TEMPS POSTÉRIEURS A L’INTRODUCTION DU CHRISTIANISME
I. — LES NAVIGATEURS.
I. Situation nouvelle, 107.—Contact avec la corruption de l’Europe par les convicts de Botany – Bay , 108.— Les baleiniers, 109. —Papeïti, 110.
II. L’Europe apprend la conversion d’O-Taïti, 110. —Allusions de M. de Chateaubriand, 110.—Arrivée de la corvette la Coquille (1824), 111. —-Rapport du capitaine Duperrey, 112.
III. Opinion de M. Guizot (l 826), 112.
IV. Opinion de M. Hyde de Neuville (1829), lis.
V. Opinion de M. de Chateaubriand (1827), 117.
VI. Voyage de Kotzebue (1824), 118.—Impression qu’il produit, 119. —Impression qu’il reçoit, 120.— Sa version sur l’introduction du christianisme, 121.—Le prétendu roi Tajo, 122.
VII. Question de la dépopulation d’O-Taïti, 123.—-La population réduite de 130,000 âmes à 8,000 selon Kotzebue; il en rend le christianisme responsable, 123.— Évaluations de M. Du Petit-Thouars (100,000 et 9,000 ), 124.—Recensement en 1797 par ordre de M. Wilson, capitaine du Duff, 128.— Guerre meurtrière, antérieure à l’arrivée des missionnaires (1793-1797), 128.— Méthode suivie pour le recensement, 126.—Ses résultats (16,080 habitants), 127.— Évaluation des missionnaires en 1803 (S à 8,000), 128.—M. Lesson soutient l’accusation de Kotzebue, 129.—D’un autre côté, il établit par des preuves tirées de la nature du sol et des produits, que le maximum possible de la population n’a pu être que de 12,000 habitants, 129.— Opinion de M. Du Petit-Thouars, 130 note.
VIII. Autres assertions de M. Lesson (1824), 131.—Il regrette les anciennes mœurs, 131.—Conduite de quelques officiers de la Coquille, 133.
IX. Opinion de M. Stewart (1829), 134.— État moral, 134.—Lettre de la reine Pomare au président des États-Unis, 135. — Étal social, 135.
II.— LE SPÉCULATEUR.
I. Arrivée de M. Moerenhout (1829), 137.—Ses opérations de commerce, 137.—Opposition entre son intérêt et celui des insulaires, 158.—Éloges qu’il donne aux missionnaires, 141.
II. Son opinion sur les mœurs anciennes des O-Taïtiens et sur la religion, 14!.
III. Influence qu’il exerce sur la moralité de l’île, 142.—Vices infâmes des étrangers que son commerce attire, 143.—Résistance des insulaires à la corruption; prohibition de Peau-de-vie; loi sur le séjour des étrangers, 144.—Opinion de M. Moerenhout sur les nouvelles lois, 148. — Affaire du charpentier Brémond, 146 note.
IV. Tati, chef de Papara, 147.—Départ de M. Moerenhout pour la France, 148. —Il est nommé consul des États-Unis, 148. —Livre qu’il publie, 148. —Il flétrit les calomniateurs des missionnaires, 149.
III. —LA PROPAGANDE.
I. Propagande catholique, 180.—Décret de Léou XII relatif à l’Océanie (1835), 1S1.—La Maison de Picpus et l’œuvre de la propagation de la foi, 181.—Personnel de la première mission de Picpus, 182.—-Plan de campagne contre l’hérésie, 185.
II. Les îles Gambier, 184. —Découverte et origine de leur nom, 184.— Population, 188.—-M. Moerenhout y fait pêcher la nacre, 185.—Arrivée de MM. Caret et Laval (1854), 186.
III. Travaux de MM. Caret et Laval à Gambier, 186.—Puissance attribuée au signe de la croix, 187.—Première messe, 187.-—Une enfant de quelques jours, qui meurt baptisée, patronne présumée de l’île, 188. —Stratagèmes pour le baptême, 189.—Le signe de la croix et l’image de la Vierge, 189.—La feuille de trèfle et la Trinité, 160.—Patrons des églises projetées, 161.—Fruits de rama servant de cierges, 161.— Leçons de controverse, 162.
IV. Arrivée de l’évêque de Nilopolis, 163.—On le proclame roi et on lui paie le tribut, 164.—Baptêmes, confirmations, communion générale,
168.—Difficulté sur le baptême, 166.—Comment un païen produit deux catholiques, 166.—Prières latines, 167.—Toapéré la prophétesse, 167. —Identification du catholicisme de Gambier avec la France par M. de Carné, 168.
IV.—LE DÉBARQUEMENT.
I. Projet d’envahissement d’O-Taïti (1836), 169.—M. Colombani y est envoyé déguisé en ouvrier, 170.—MM. Caret et Laval sont désignés pour s’y rendre, 171.
II. État de l’île à cette époque, 172.-—Retour de M. Moerenhout, marié et consul, 172.— Progrès moral et religieux pendant son absence, 172. —Opinion de M. Charles Darwin (1838), 173.
III. Arrivée de MM. Laval et Caret, 178.—Comment ils débarquent sans autorisation malgré la loi, 176.—Ils enseignent au peuple à distinguer les faux missionnaires des vrais, 177.—Lettre de l’évêque à M. Moerenhout; accueil qu’il leur fait, 178.
IV. Réception des missionnaires par la reine, 178.—Leur harangue, 178.—La reine les renvoie à l’assemblée des chefs, 179.—Ils essaient de lui faire accepter, sous forme de présent, le droit qu’on paie pour la résidence, 179.—Assemblée dés chefs, 180.—M. Moerenhout nie l’existence de la loi sur les étrangers, 181.—Refus de séjour, 181.— Motif de leurs nouvelles instances, 182.
V. Les missionnaires catholiques refusent de partir, 182.—On leur en renouvelle l’ordre; ils se barricadent dans leur maison, 183.—Comment ils en sortent, 184. —Embarquement, 188.
VI. Quelle a été la participation des missionnaires protestants à ces faits, 186.—La liberté des cultes et le droit des gens, 187. —Séjour temporaire à O-Taïti d’un évêque et d’un catéchiste (1837), 187. —Appréciation de la conduite de M. Moerenhout, 188. —Départ de M. Caret pour la France, 189.
LES FRANÇAIS DANS L’OCEANIE
I.—MANGARÉVA ET NOUKA-HIVA
I. Dumont d’Urville à Valparaiso, 190.— Séjour de l’Astrolabe et de la Zélée aux îles Gambier,191.—Entretien de table sur le renvoi des deux prêtres de Picpus; représentation calomnieuse des faits, 192.
II. Opinion de M. Desgraz, 193.
III. Arrangement entre M. Moerenhout et les missionnaires, 198. —Renseignements sur le commerce des perles, 200.
IV. Séjour de Dumont d’Urville aux îles Gambier, 901.—Messe militaire, 202.—Départ, 202.—L’île Moerenhout, 203.—Arrivée à Nouka-Hiva,~S04.—Orgie à bord des corvettes, 204.
II.—LA RÉPARATION
I. La Vénus et le Sulphur aux îles Sandwich (1837), 208.—Premier essai d’établissement de MM. Bachelot et Short, 209.— On leur refuse le séjour, 209.—Stratagème pour rester, 209.—Départ forcé pour la Californie(province du Mexique),210.—Bref du pape pour leur retour, 210.—La Clémentine les ramène, 210.—Conduite de M.Dudoit, 211. —Intervention des deux capitaines, 211.—Entrevue de M. Du Petit-Thouars avec le roi et le gouverneur, 212.—Son opinion sur la question du droit des gens, 212.—Pièces de garantie échangées, 213.—Traité avec l’Angleterre reconnu non applicable, 214.—Convention entre le roi et le commandant de la Vénus, 218.—Départ de M. Short, 216.— Lettre de M. Bachelot, 216.— Son départ, 217. —Sa mort, 218.— M. Dudoit nommé consul, 219.— La Vénus à Valparaiso,220.
II. Arrivée de M. Caret en France, 221. —État de la question des cultes dans ce pays, 822.—Les événements d’O-Taïti ont leur pendant en France, 222.—Histoire du ministre suisse Delafontaine, 223.—L’article 291,224.—La loi sur les associations,225.—Opposition administrative, 225.— Opposition ecclésiastique, 226.—Condamnation à la prison, 227.— Mot de M. le duc de Broglie, 228.—M. Caret persiste, 228.
III. Ses succès à Rome, 229.—Encyclique en faveur de l’Oeuvre, 229. —Sommes consacrées à l’Océanie par la Propagation de.la foi, 231. —Succès en France, 232.—Départ de M. Caret, 233.—Présents qu’il emporte, 234.
IV. Ordre d’intervention donné à M. Du Petit-Thouars, 238.—Il transporte les premiers missionnaires catholiques aux Marquises, 238.— Arrivée de la Vénus à O-Taïti, 236.—M. Moerenhout, seul témoin entendu par le commandant, 236.—Demande de réparations, 238.— Lettre delà reine Pomare au roi des Français, 240.—Les 3,000 piastres d’indemnité et le salut, 241.—M. Moerenhout consul de France, 241.—Les deux assassins, 242.
V. Convention entre la France et O-Taiti, 244.
VI. Arrivée de la Vénus, 245.—Pas d’enquête, 246,—L’audience de la reine, 247. —Le consul Pritchard, 249.—Les missionnaires, 280. —Réticences et aveu, 280.—L’orgue de Barbarie, 281.
III.—LA FRANCE AGENT DE PROPAGANDE
Le grief ancien toujours nouveau, 252.— Mission du capitaine Laplace, 253.—Naufrage de l’Artémise à O-Taïti (183»), 254.— Conduite de l’équipage dans l’île, 255.— Conférence du capitaine avec la reine et les chefs, 256. —Garanties exigées pour le culte catholique, 257.— Terrain concédé pour une église, 257.—Inutilité de la mission de M. Laplace, 258. •— Preuve que le culte était libre, 259.
II. L’Artémise aux îles Sandwich, 260.—Loi contraire à la liberté des cultes (1837), 261.—Son abrogation avant l’arrivée de l’Artémise (1839),262.—Influence de M. Bingham,262—La garantie de tolérance (20,000 piastres), 262. — Débarquement de prêtres, messe militaire, 262.—Les insulaires, 263.— Traité relatif à l’eau-de-vie, 264.
III. Retour de M. Caret à Gambier, 260.—Partage des nouvelles stations, 266.— L’évêque de Nilopolis à Sandwich, 266.—Construction d’une église et son coût, 267.
IV.— DERNIERS ÉVÉNEMENTS
I. Retour de MM. Dumont d’Urville et Du Petit-Thouars en France, 268.—Récompenses, 268.—Mort du premier, 268.—Projets du second, 269.—M. Rochonse et le Père Gracia à Paris, 269. — Prise des Marquises, 270.
II. O-Taïti, 271. —Tentative de M. Moerenhout en 1841, 271.
III. Arrivée de la Reine-Blanche (1842), 273. — A qui l’initiative appartient, 273.—Procédés du jésuitisme dans l’Océanie, 278.
IV. Iles Sandwich, 277. —Exigences du capitaine Mallet en faveur des prêtres de Picpus, 277. — Question des diplômes, 277.— Demande d’abolition du mariage civil, 278.—Eau-de-vie, 278.—Réponse du roi, 278.—Envoyés en France, 279. —Vue d’ensemble, 279.
V. O-Taïti, 281. —Le protectorat, 281. —Les 10,000 piastres, 282. —Repas à bord, 282.—Lettre des chefs, 283.—La reine contrainte à signer, 284.
VI. Débauche à bord de la Reine-Blanche, 288.—Négation du Moniteur, 286.—Dumont d’Urville cité, 287. —Les vaisseaux taboues, 288.—Raillerie de M. Louis Reybaud, 288.
VII. Vrai sens et effets inévitables de l’occupation, 289.—Changement dans les destinées, 2 89.—La reine, 289.—M. Moerenhout, 290.— Les prêtres de Picpus, 291.— Les insulaires, 292. —Coup d’œil sur un demi-siècle, 293.—Conclusion, 294.
INTERPELLATION DE M. LE COMTE PELET DE LA LOZÈRE ET RÉPONSE DE M. LE MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES 296.
EXPOSÉ DES MOTIFS ET PROJET DE LOI 298.
Type : monographie imprimée
Langue : Français
Droits : domaine public
Identifiant : ark:/12148/bpt6k58045353
Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 8-LK13-16
Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30848442j
Provenance : Bibliothèque nationale de France

 

Categories:   1840 - 1849, Bibliothèque Nationale de France - Gallica, Français, Gambier, îles Sous-le-Vent, Livres, périodiques & bulletins, Marquises, Océanie / Pacifique, Société, Tahiti, Tuamotu

Comments

Laisser un commentaire