Menu

Les deux océans – Tome 3 (1854)

bpt6k6576929s 260

Titre : Les deux océans – Tome 3
Auteur : Jacques Arago (1790-1855)
Éditeur : Kiessling, Schnée et Cie Libraires – Bruxelles & Leipzig
Date d’édition : 1854
Chapitres:
PACOCO.
Porirait de ce grand roi. Histoire des deux Américains. Hospitalité de Pacoco. Pacoco et le lieutenant Amalric. Jugement et exécution. Pacoco dieu et immortel. Page 5.
UNE VISITE A MOHANA.
Tiono me sert de guide. Ascension. Horrible repas. J’y prends part. La mère de Tiono. Page 32.
DU CHLORE.
Cérémonies funèbres. Abus de l’huile de coco. Fonction de la fille du mort, les fosses en l’air. Page 40.
LE TABOU. – LE TATOUAGE.
Superstitieux respect qu’ils inspirent. Réponse d’un grand prêtre. Tout est tabou. Le tatouage. Comment on le pratique. Ses conditions. Le père Alexis fait des calembours sans le savoir. — Sœur Marceline et sœur Sophranie. Le Père Dordillon. — Mon antipathie pour le
nom de ce brave homme. Page 48.
NOUKAHIVA – DOUX SOUVENIRS
Chant de deux jeunes fllles à Nouka hiva. J’apprends le français à la belle Oréa. Page 56
TAITI.
Description et souvenirs. les Taitiens jugés par Cook et Bougainville.
TAITI SON HISTOIRE
Détails curieux.  Premiers débarquements des missionnaires anglais en 1797. L’eau-de-vie vient en aide à la prédication. Le roi Pomare I.  Son fils âgé de 12 ans le détrône. — Il fait assassiner son fils et ressaisit le pouvoir. Premières discordes entre les missionnaires et les insulaires. Combats. Fuite d’une partie des missionnaires. On force ceux qui restent à vivre comme les insulaires et à quitter leurs vêtements. Tamaré essaie son pistolet. Première chapelle. Enlèvement d’une idole. – Guerre d’extermination. La famine. Les matelots européens infectent l’île. L’idole Oro retourne d’elle même dans ses forêts. Traduction du mut Pomare. 1836. Les Français à Tahiti. La Vénus. Le capitaine Dupetit-Thouars. Lettre d’excuse de la reine Pomare apportée par un droguiste. M. Moerenhout, d’origine belge, présenté par M. Dupetit Thouars comme consul français. Le charpentier Brémond est amoureux.  Lettre curieuse de la reine au roi Louis Philippe. Point de pudeur, partant pas de scandale. Philisophie de la nature. L’Astrolabe et la Zélée. Dumont-Durville. Le favori. La reine. Pritchard vu de près.  La reine Pomare écrit à la reine Victoria. Le capitaine Elliot. Le commandant Cecilm.  L’Artémise et le Pylade. L’intrépide du Bouzet. 1842. On nous cède Nouka Hiva. Le capitaine Bruat. Les mœurs de la reine. Page 73.
LA REINE POMARÉ.
Ses qualités. Ses défauts. Elle est esclave et cependant elle commande.- Elle est adorée de ses sujets. M. Bonard.  La reine m’attend. —Sa main fait ma conquête.  La reine me baptise Matapo, c’est-à dire Nuit dans les yeux. Sa cour. Sa conversation. Son mari. Elle est charmante. J’escamote devant la reine. Un joli mot. Combien on s’est trompé dans les portraits qu’on a fait de Pomaré. Nouveaux entretiens intimes. J’aime Pomaré. Qui a bu boira. Le Kanak ne cessera jamais d’être kanak. Nous ne savons pas coloniser. Partout les Anglais se font la part du lion. Pomaré est tabou, même pour son mari le dimanche. Le marchand de pilules Pritchard. Mon autographe pour ce droguiste . J’interroge la reine. Son sujet. Dernière entrevue. Page 99.
LES ROBES NOIRES. — TRISTESSE.
Les prêtres du Chili et ceux des Marquises. Tolérance et intolérance. Les élèves du père Dordillon. Réponse d’un Cafre. Opinion d’un demi-chef des Happas sur Dieu. Moi aussi j’ai prêché. Page 147.
J’ENTRE A L’HÔPITAL.
Je suis le numéro 1. Un professeur de rhétorique. Défiez-vous du latin. La livrée du lieu. Le docteur Bellebon. Sœur Régis.  Quelques rimes. Trois prières. Un cannibale à l’hôpital. Page 184.
COURSE A FATAHUA.
Le lieutenant Vallès. — Ascension. — Bourdonnec est une cruche. Propos hardis de Bourdonnec. Attention aimable de M. de Nicolaï. Bourdonnec me sert de monture. Description de Fatahua par le lieutenant Vallès. Prise de Fatahua. Retour.
HOUPA HOUPA
Anniversaire de l’inauguration d’une chapelle protestante à Haapapé. Le tombeau de Tanohaa. Des canards rouges. Amazones à califourchon. Trois sermons. Toujours le même texte : “Kanaks, ne buvez pas”. Danses taitiennes. Les chants. Le tam tam. La flûte à nez. Véron et Duponchel. Seconde houpa houpa. Après la danse. Tableau. Effet de deux bouteilles de vin sur trente jeunes filles endormies. Le namou. Page 152.
TAHITI – LES REPAS – LA MUSIQUE
Le cochon est un animal bien nommé. Sans cochon point de fête. Comment on le cuit. On mange à toutes heures. Les demoiselles sobres dix huit heures sur vingt quatre. Le maioré. Prière de la belle Touané. Les fourchettes du père Adam. Sanglants repas de Nouhiviens. Préparatifs affreux. Chants de mort. Quel est l’instrument favori des musiciens de Taiti, des Marquises et des navigateurs ?
UNE NUIT DE TAITI
Les nuits à Tahiti. Jusqu’où va l’hospitalité. N’oubliez pas votre moustiquaire. Page 180.
COMPLÉMENT
Comment les Kanaks prient en famille. Comment ils fument. Comment ils parlent. Exemple unique de jalousie. La prison. M. Nicolaï. Les pieds des Taitiennes. A quel âge les corsets deviennent utiles. Les deux genres. Les périphrases à Taiti. Aplatissement systématique de l’occiput. où les Taihiennes mettent leur honnêteté. D’où chacun tire son nom. Le nom change quand l’amant change. Les Kanaks pleurent à volonté. Le tayo. En quoi il diffère de l’ami. Égards qu’on a pour certains insectes. Qu’est-ce qu’une jeune fille à Taiti ? Lettres des femmes à leur tané. Mémoires des Taitiennes. Page 183.
Type : monographie imprimée
Langue : Français
Collection : Collection Hetzel
Droits : domaine public
Identifiant : ark:/12148/bpt6k6576929s
Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, G-18973
Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30024399g
Provenance : Bibliothèque nationale de France

 
Fullscreen Mode

Categories:   1850 - 1859, Bibliothèque National de France - Gallica, Français, îles Sous-le-Vent, Livres, périodiques & bulletins, Marquises, Société, Tahiti

Comments

Laisser un commentaire